Si le but ultime de tout parti politique est de conquérir le pouvoir suprême et de mettre en exécution sa vision de la société, il est évident que cette vision doit s’appuyer sur un cadre conceptuel. Celui choisi par le Parti Restaurer l’Espoir, en abrégé « RE » est le libéralisme social. À l’opposé du libéralisme et du socialisme qui constituent les deux systèmes largement en vogue, le libéralisme social est un courant du libéralisme qui privilégie le développement de l’être humain Même s’il prône le libre marché, la propriété privée et les libertés économiques comme la liberté de produire, de commercer et de consommer des biens et services acquis de façon légale, il défend tout aussi l’idée que l’individu doit être protégé des affres du libéralisme. Cette conception est aussi désignée par les termes tels le social-libéralisme, le nouveau libéralisme, modern liberalism ou liberalism en Amérique du Nord. Sur le plan politique, son éthique s’oppose à l’autoritarisme et s’appuie sur la participation des citoyens aux décisions. Sur le plan économique et social, le libéralisme social promeut la mise en place des régulations « ayant pour but d’établir une concurrence équilibrée et des politiques de redistribution visant à accroître les « capabilités » des individus. Le libéralisme social fait de la notion de justice sociale un concept permettant une répartition équitable des biens sociaux et offrant aux différentes couches sociales des opportunités de développement.